Nos Donateurs – Pleks

Pleks a toujours évolué dans le milieu Hip-Hop (Graff, Customisation…)

L’artiste urbain a posé ses bombes et ses sprays dans la cité des Potiers à Vallauris, il y a cinq ans. Dans son atelier, sur les murs, dans les rues… son œuvre est un cri continu contre les injustices.

Échoué depuis août, à Antibes, l’Ondine, voilier italien de 16 mètres, a dérivé pour se retrouver quasiment sous les remparts. Un matin de  novembre 2016, les passants incrédules découvrent l’épave de l’Ondine, voilier échoué et oublié à Antibes, transformée en cétacé sanglant et agonisant. Une « reconversion » signée Pleks, artiste très urbain. Immergé tout petit dans la culture graffiti. « J’ai attendu la nuit et j’ai foncé avec mes sprays. J’ai failli perdre pied, au passage ». La baleine est toujours là. « C’est fou. Pourquoi on l’enlève pas, cette épave ? Mais pour moi, c’est bien, ça fait passer le message ».

Et des avis, des interpellations et des coups de gueule, il en a plein à distribuer, Pleks. Contre le massacre des baleines et des dauphins. Contre la cruauté envers les animaux. Contre les oubliés : les laissés pour compte, chômeurs, travailleurs pauvres, immigrés, migrants, sans abri… Contre l’injustice. L’intolérance religieuse, quelle que soit la croyance. Son art est un long cri, interminable, qui se répercute sur les murs des villes, les façades, les palissades de chantier, les portières de voiture (dénichées dans les casses auto), les plaques d’égouts (ou de dégoût, comme il dit), les panneaux de signalisation…

A 35 ans, il s’essaye toujours à de nouveaux modes d’expression comme le rap, la poésie ou la sculpture…

(Inspiré par articles Nice Matin du 03/02/2017 et 15/12/16)

Sa page FaceBook

Son Don à l’Association dont la mise à prix est de 500€ :

 

Quelques unes de ses oeuvres :